Un concept, une idée ?

La biodiversité est une notion, issue d’un événement international entre tous les pays du monde, qui a eu lieu en 1992, à Rio de Janeiro : la Convention Internationale de la Diversité Biologique. Au cours de cet événement, les Etats souhaitaient protéger la nature, les écosystèmes, les espèces animales et végétales, les milieux naturels. Et ils se sont mis d’accord sur ce nouveau mot : biodiversité.

Que signifie ce mot ?

La Biodiversité, c’est la diversité du vivant, la pluralité de la vie sur Terre.  Cela regroupe tous les êtres vivants sur terre, les plantes, les arbres, les champignons, les fruits, les légumes, les animaux, les hommes, les minéraux et toutes les ressources naturelles mais aussi les lieux où ils vivent, les écosystèmes. Cela recouvre les interactions entre les espèces animales et végétales, mais aussi les milieux naturels : les forêts, les montagnes, les villes, les champs, les océans et les rivières… La biodiversité, c’est tout ce qui nous entoure, et surtout la diversité de ce qui nous entoure. Pour qu’un écosystème soit viable (comme une rivière, une mangrove, ou une prairie), il faut qu’il puisse fonctionner tout seul. Pour cela, il a besoin de matières organiques, la terre, mais aussi d’eau, de plantes, d’insectes, et de petits animaux. Et plus il sera composé de différentes espèces, plus il pourra être durable dans le temps.

Quels sont les écosystèmes qui nous entourent ?

Nous, les humains, nous vivons au sein des écosystèmes. Nous avons pris notre place sur Terre, une grande place et nous avons façonné les écosystèmes qui nous entourent pour adapter la nature, à nos besoins. Nous avons construit des maisons, des parcs, des jardins, nous avons cultivé nos champs, nous avons géré les forêts. Pour autant, chaque espace constitue un milieu où vivent de nombreuses espèces : oiseaux, insectes, plantes…

Par exemple les écosystèmes terrestres sont constitués aujourd’hui de différents milieux : les milieux forestiers composés de forêts, de bois, de sous bois, de clairières ; les milieux agricoles constitués par les champs, les prairies, les rizières, les vignes, les vergers, les potagers ; les milieux montagnards, avec les rochers, les glaciers, les pâturages, … ; les déserts, ou les landes, les steppes… qui sont les milieux les plus naturels ; mais également les écosystèmes urbains. A Vannes par exemple, les mouettes et les oiseaux viennent se nourrir dans le port, les poissons également. Les jardins et parcs sont aussi des petits écosystèmes avec les insectes, petits rongeurs, les arbres et les plantes qui y habitent également.

Au delà des écosystèmes terrestres, la vie sur Terre n’existerait pas sans les milieux aquatiques, et les milieux maritimes. La vie a besoin d’eau. Et ces écosystèmes aquatiques sont nos réservoirs d’eau potable sur Terre : les lacs, les ruisseaux, les rivières, les nappes phréatiques, les glaciers… Ils constituent des espaces essentiels à notre existence, ils apportent et filtrent l’eau que nous buvons, et dont nous avons besoin pour faire pousser nos plantes. Ils sont aussi une ressource pour tous les animaux sauvages et toutes les plantes sur Terre. Sans ces milieux aquatiques, la vie terrestre ne pourrait exister.

Les écosystèmes marins sont aussi indispensables, avec les océans, les mers, les littoraux, les barrières de corail, les fonds marins et les banquises. La diversité des plantes et des animaux marins est beaucoup plus grande que la diversité des espèces terrestres. L’homme ne connaît pas plus de 20 % des espèces qui vivent au fond de nos océans.

Pourquoi est-ce essentiel que les humains préservent la biodiversité ?

Tous ces univers ont créé des interactions entre l’univers animal, l’univers végétal, les minéraux, l’eau et la lumière. Chacun se nourrit de ce dont il a besoin. Chacun a sa place, son rôle.. Les bousiers (des petits insectes) détruisent les bouses de vaches des prairies, les mésanges se nourrissent des petits insectes, les abeilles pollinisent les fleurs des pommiers, et les fourmis et les vers de terre structurent nos sols pour les aérer, et les rendre productifs. Les champignons s’allient aux racines des arbres pour leur apporter de l’énergie, et servir de réseaux de communication entre les arbres. Chaque espèce est essentielle pour l’équilibre de la vie. Et c’est ce fragile équilibre, qu’il est nécessaire de préserver. Depuis des millénaires, les hommes et les femmes agissent et façonnent les écosystèmes, les modifient, les adaptent à leurs besoins. Or, cette anthropisation des milieux les appauvrit, des espèces végétales et animales disparaissent à mesure que les milieux sont artificialisés, que des villes sont construites sur des milieux naturels, que la nature voit réduire ses espaces.

Comment préserver la biodiversité ?

Chacun peut agir dans son quotidien pour préserver la biodiversité qui nous entoure : réduire ses déchets, créer un espace naturel dans son jardin, donner à boire aux insectes ou aux oiseaux dans une petite coupelle, laisser pousser les plantes spontanées (pissenlit, orties, chardons) pour les papillons et les abeilles, garder un bâti avec des interstices pour les mésanges, les chauves-souris…

Et le lien avec Baladoù, vous me direz ? Et bien, lorsque vous voyagez, vous pouvez être vigilant à la nature qui vous entoure, à préserver les milieux naturels que vous traversez, à faire preuve de discrétion quand vous traversez un ruisseau, une prairie, en réduisant le bruit, ou en évitant de faire des feux en pleine forêt… Plein de petits gestes que nous vous apprenons à faire et à mettre en place, pas à pas, dans nos carnets de voyages Baladoù.

Nous vous apprenons aussi à créer avec la nature, à observer les animaux que vous croisez sur votre route, à la découvrir pas à pas. Une jolie aventure en pleine nature !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.